Véhicules éléctriques, ACFT se dote de deux Zoé supplémentaires

ACFT se dote de deux nouvelles ZOÉS

Dans sa logique de respect de l'environnement, ACFT Bureau d'études, se dote de deux véhicules électriques supplémentaires, afin d’assurer les déplacements de nos intervenants sur site.

Le succès du véhicule Zoé se confirme, en 2017, 30 000 exemplaires de ce véhicule 100% électrique se sont vendus en Europe. Les infrastructures de chargement se multiplient grâce aux aides de l'état, et les véhicules électriques pourraient commencer à peser un certain poids dans le paysage automobile français à l'horizon 2020.

Selon Renault, les frais en R&D devraient chuter de 40%, par rapport à la Zoe actuelle, et -30% s’agissant de la production, toujours assurée par l’usine de Flins, en France.
A terme, Renault espère proposer sa Renault Zoe 2 à un tarif quasi-équivalent à celui d’un modèle thermique. L’objectif est le même quant au coût d’utilisation sur trois ans.

La Zoe 2 voit sa capacité augmentée, et passe de 300 à 600 km théoriques (Dans la pratique 480) , et des temps de chargement encore plus courts. Petit à petit le véhicule voit son autonomie s’accroître, et pourrait rivaliser avec ses équivalent thermiques d'ici cinq ou six ans.

Vous croiserez peut-être l'un de ces véhicules sur les routes Normandes !

Électrique ou Hydrogène ? Rivalité technologique ou complémentarité ?

L'avenir appartient il à l'hydrogène ou bien à l’électrique ? C’est la question que se posent nombre d'utilisateurs, souvent par manque d'informations. En fait les deux technologies sont complémentaires, et à terme devraient être utilisées de concert. La différence entre un véhicule électrique et un véhicule à l'hydrogène se situe simplement au niveau du stockage. Dans le cas de la voiture électrique : C'est la batterie chargée qui stocke le courant, pour alimenter le véhicule. Dans le cas du véhicule à hydrogène : C'est une pile à combustible qui assure la production de courant.

Sur la route et en ville, ces véhicules ne polluent pas  :

C'est le gros avantage de ces technologies, à l'heure où les médias relayent le message d'alerte lancé par les scientifiques au sujet du très préoccupant réchauffement climatique. L'utilisation généralisée de ces véhicules permettraient aux villes de ne plus avoir à souffrir de la pollution due aux micro particules du diesel, ou bien des vapeurs d'essence. De même, sur route ces deux types de voiture ne rejettent aucun polluant dans l'atmosphère, le gain en terme d'empreinte carbone semble donc acquis en ce qui concerne les déplacements.

En revanche, la production actuelle d'électricité à grande échelle ainsi que d'hydrogène, continue de produire de très grosses quantités de CO2, des efforts sont encore à faire dans ces domaines. On ne peut pas prétendre utiliser un véhicule propre lorsque la prise qui va le recharger utilise une électricité issue d'un process employant le pétrole ou le charbon. Le but est de supprimer la pollution de manière globale, pas de la déplacer en périphérie des villes et des routes. Mais les technologies d'améliorations des différents process de production verte sont en cours de recherche, et pourraient donner de très bons résultats d'ici cinq à dix ans. A terme, cela aura pour effet de provoquer une baisse significative des émissions de CO2 dans l’atmosphère.

Sur le temps de chargement, et l'autonomie :

 

Les véhicules électriques, sur batterie devront attendre plusieurs heures suivant le système auxquels ils seront raccordés pour se charger. L'autonomie actuelle, est en moyenne de 300 km à pleine charge, et l'arrivée des nouvelles batteries, devrait pousser ce chiffre à 500 km. Ce qui commence à se rapprocher des véhicules thermiques classiques. Attention cependant, les batteries n'aiment pas l'hiver et le froid. Il faut noter que le chauffage, et les phares tirent plus de courant, et sollicitent la batterie réduisant, de facto, l'autonomie initiale.

 

Les véhicules équipés de pile à combustible (hydrogène) se chargent dans les mêmes délais qu'un véhicule thermique classique, et offrent une autonomie effective de 700 km (très proche d'un diesel).
Le seul hic, c'est que les piles à combustible sont hors de prix, en effet, leur fabrication nécessite l'utilisation de ...Platine, un métal aussi cher et rare que l'or. Ce dernier point entraîne fatalement un surcoût des véhicules à hydrogène qui avoisine un prix à l'achat de l'ordre de 77 000€, hors bonus. D'un point de vue économique et pratique, la voiture à hydrogène, n'est pas encore adaptée à tous les budgets, et la rareté de ses points de ravitaillement, pénalise encore son déploiement. Les batteries quant à elles fonctionnent au lithium, beaucoup moins cher que le platine, il fait également partie des métaux rares et convoités par les industriels de nombreux secteurs.

Les prolongateurs d'autonomie de batterie :

Afin de pallier au problème d'autonomie des batteries, le groupe Renault et d’autres acteurs du secteur automobile, ont trouvé un moyen simple et efficace, qui pourrait devenir incontournable :
Le prolongateur d'autonomie. Ce dispositif, encore en phase de test chez des clients, se décline en différentes versions : Le TENDER, et le Symbio Fcell.

-1 Le "Tender"

Développé par EP TENDER, le dispositif est un générateur qui se présente sous la forme d'une petite remorque

Dans le cas du Tender, la petite remorque accroché à la ZOÉ, contient un petit générateur électrique qui actuellement fonctionne à l'essence. L'autonomie de la batterie d'une ZOÉ de première génération, peut voir sa capacité poussée jusqu'à 700 km. Le générateur consomme 8,5 L par heure de fonctionnement, et s'utilise surtout sur les trajets routiers à vitesse soutenue, et en ville le véhicule repasse en mode  100% électrique. Le constructeur planche actuellement sur un modèle d' EP Tender utilisant une batterie auxiliaire, et imagine une autre version avec une pile à hydrogène, afin d'obtenir un véhicule 100% vert.

http://eptender.com/

 

-2 Le Symbio FCell

Le dispositif intègre directement une pile à combustible dans le véhicule électrique existant :

Sur  le Renault Kangoo ZE H2,, Symbio, va directement ajouter son système de pile à combustible et son réservoir à hydrogène dans les partie disponibles du véhicule sur batterie. Ici, on reste sur de l'hydrogène, utilisé dans le cas de longs déplacements, et l'on repasse sur batterie pour une utilisation urbaine. Pour le moment seuls les véhicules appartenant à des flottes d'entreprises, sont concernés, l'utilisation sera adaptée aux particuliers horizon 2020.

https://www.symbio.one/

Le monde des transports entre dans une nouvelle ère.

Batteries avec prolongateurs pour les voitures, piles à hydrogène pour les trains et les camions ?

Dans la catégorie poids lourds, la transition vers le tout électrique est en marche, là aussi chacun des grands constructeurs a sa propre vision et son propre concept. Mais comme l’heure est à l’innovation, les petits nouveaux comme TESLA ou Nikola Motor se dressent face aux grands noms historiques tels que Volvo, ou Daimler.

TESLA a choisi la batterie au lithium, conférant à son Truck « Semi », une autonomie de 800 km théorique, avec 30 min de chargement via les superscharger TESLA pour atteindre 80% d’autonomie. L’e-truck de Mercedes Benz, affiche des performances très inférieures, mais ne joue pas dans la catégorie des poids lourds qui effectuent de longues distances. Avec 200 km d'autonomie, le véhicule électrique du groupe DAIMLER restera essentiellement destiné à des applications en milieu urbain. Volvo choisi également la voie de la batterie au lithium, avec son FL Electric, et marche dans les pas de DAIMLER en affichant une autonomie de 300 km pour son camion. A la vue des performances affichées par les constructeurs traditionnels, TESLA se démarque loin devant.

Un concurrent de TESLA, Nikola MOTOR apporte une solution alternative avec un poids lourds dont la batterie serait alimentée par une pile à combustible : Le NIKOLAONE. Les performances pour ce type de véhicule seraient très au-delà de ce que la formule avec batterie serait en mesure de produire. Avec 1900 km d’autonomie, le Nikolaone, pourrait couvrir de très longues distances sans recharge. Dans le domaine des poids lourd, il semblerait que les moteurs électriques alimenté par une pile à combustible (l’hydrogène) auraient une bien meilleure efficience énergétique que les véhicules équipés de simples batteries.

Et enfin, le premier train à hydrogène a été livré par Alstom en basse saxe. Le Coradia iLint, présente des caractéristiques techniques semblables à celles d'un train classique roulant au diesel. avec des pointes de 140 km/h, il peut embarquer 300 passagers. Le fonctionnement du système est gérer grâce aux algorithmes, qui prennent en charge la gestion des flux d'énergies, entre la pile à combustible et les batteries, le système récupère même l’énergie dégagée par le freinage. Véritable innovation technologique, ce premier modèle a été commandé en 64 exemplaire en Allemagne et en Autriche. Dans le reste de l'EU, et notamment en France, l'idée de généraliser l'utilisation de ces train du futur sur les voies ferrées fait son chemin.

Des technologies très prometteuses, encore à leurs débuts

Les véhicules sur batteries, tout comme les véhicules à hydrogène, verront accroître leur autonomie au fil des ans, voire rejoindre et dépasser les capacités des actuels moteurs thermique. La diminution des coûts de production des batteries et et des piles à combustibles est à l'étude. Pour les batteries au lithium, il serait question de remplacer celui ci par du sodium dont la production et la rareté ne seraient plus un problème. De même pour le platine, des chercheurs planchent sur un projet visant à le remplacer par du fer, qui serait 200 fois moins cher. Une fois ces technologies acquises, les prix unitaires des véhicules devraient atteindre des tarifs abordables pour que les professionnels du transport puissent remplacer leur flotte de véhicules par du tout électrique.

Crédit photos : Fotolia, Shutterstock, Dissolve, EP Tender, Symbio, turbosquid, Adobe Stock

Réhabilitation des chais Monet, constructions métalliques

Les chais Monet,

situés en plein coeur de Cognac, sont réhabilités en complexe hôtelier de luxe avec une centaine de chambres et suites, des appartements, deux restaurants, deux bars
d’ambiance, une salle de conférence, quatre salles de réunion, une piscine intérieure et un SPA.
L’ouverture de ce nouveau centre hôtelier est prévue pour le mois de septembre 2018.

Ce projet architectural a nécessité les compétences d’ACFT Bureau d’Études pour la réalisation de plans de la structure extérieure du bâtiment. La volonté de l’architecte a été d’avoir un cerclage rappelant les ceps de vignes de la région.L’affaire s’est réalisée en trois temps :

Mise en plan sur AutoCAD :

  • Du hors-tout béton
  • Des fenêtres
  • Des portiques tubulaires
  • Du bardage vitré
  • Des attaches de verres
  • Des ceps

Numérisation 3D :

  • Mise en place des éléments en 3D sous SolidWorks
  • Mise en place des ceps
  • Prise en compte des ondulations en vue de dessus dans le 3D

Assistance technique :

  • Mise à jour si nécessaire des lisses (ceps de vignes)
  • Mise à jour des positions éventuelles de couteaux
  • Mise en place des couteaux et ajustement en longueur
  • Modélisation des lisses avec raidisseur, pâte de fixation sur les couteaux
  • Mise en plan unitaire des différentes pièces
  • Mise à plat des lisses pour découpe laser
  • Dossier de fabrication de la structure tubulaire (portique)

Les travaux d’ACFT Bureau d’Études se sont terminés fin juin 2018. La mise en place des ceps de vignes a été finalisée en vue de l’ouverture prévue en septembre 2018.

Power to Gas Jupiter 1000

Power to Gas Jupiter 1000


La part des énergies renouvelables dans la production électrique est en pleine croissance et nécessite le développement de moyens de stockage. Parmi ces moyens, le Power to Gas consiste à transformer l’électricité en hydrogène par électrolyse de l’eau. L’hydrogène est ensuite injecté dans le réseau de gaz naturel :

  • Soit directement, l’hydrogène se mélangeant alors au gaz naturel du réseau
  • Soit après une étape de méthanation qui consiste à combiner l’hydrogène avec du CO2 capté pour produire du méthane (constituant principal du réseau de gaz naturel)

C’est dans ce contexte que le projet Jupiter 1000 a vu le jour en janvier 2015. ACFT Bureau d’Études est intervenu dans ce projet par l’intermédiaire de son client, en charge de la construction de la brique de méthanation.

Les travaux se sont déroulés entre décembre 2017 et février 2018 et concernaient les éléments suivants :

  • Réalisation de la maquette 3D à partir du PID schématisant le procédé
  • Dimensionnement des tuyauteries de l’implantation
  • Implantation des éléments dans un conteneur 20 pieds

La construction du projet Jupiter 1000 a débutée avec la pose de la première pierre à Fos-Sur-Mer (Bouches du Rhône) en décembre 2017.

La mise en service est prévue en 2018 et sera suivie d’une phase de test afin de s’assurer de la performance du projet.

Pour plus d’informations sur ce projet, visitez le site : https://www.jupiter1000.eu/

ACFT certification MASE, Normandie, Seine-maritime(76), Eure(27)

ACFT Certification MASE


ACFT Bureau d’Études a renouvelé sa certification MASE en fin d’année 2017 pour 3 nouvelles années.

Cela fait de nombreuses années qu’ACFT Bureau d’Études est impliquée dans une démarche d’amélioration continue de ses performances en Santé, Sécurité et Environnement.

Le respect de la santé de nos collaborateurs durant leurs activités, la sécurité de nos interventions chez nos clients et le respect de l’environnement sont des enjeux majeurs menant à la performance de la société.

Le renouvellement de ce certificat démontre une nouvelle fois qu’ACFT Bureau d’Études est performante dans ces domaines

ACFT Bureau d’études nos agences

Courant 2017, ACFT a ouvert une nouvelle agence sur l’agglomération d'Elbeuf, ainsi qu'un atelier de fabrication mécanique.

Cet atelier est destiné à mettre en oeuvre les réalisations du bureau d'études.

    Mécanique et Automatisme: la réalisation

  • Etude, Développement, Industrialisation de vos ensembles mécanique, vos concepts brevetés,…
  • Fabrication, installation et mise en route de vos produits.
  • Prototype et/ou petites, moyennes et grandes séries.
  • Étude et réalisation d’outillages et de machines spéciales.
  • Modification ou amélioration de vos moyens.

Adresse :

ZA GRANDIN NOURRY

Atelier N°12
20 rue de Rouen
76500 ELBEUF

Tel : 02 35 05 43 84

bureau d’étude mécanique environnement Zoe

Environnement, véhicule électrique.

Depuis le mois de juin 2017, ACFT Bureau d’Études a fait l’acquisition d’un véhicule électrique RENAULT ZOE.
Cet investissement rentre dans une logique de développement durable en :

  • Réduisant notre empreinte écologique : réduction de l’effet de serre, réduction de l’utilisation d’énergies fossiles, réduction de l’impact énergétique.
  • Limitant les risques pour la santé liés aux émissions de particules fines et aux nuisances sonores.
  • Maîtrisant les coûts liés à l’utilisation de carburant et à l’entretien du véhicule.

À terme, il est envisagé de développer l’utilisation de ce type de véhicule pour les déplacements  chez nos clients.

Les véhicules éléctriques en quelques mots :

Autonomie / recharge :

  • l'autonomie est comprise entre 300 et 400 Km,.
  • Les batteries utilisent du lithium
  • Le chargement est d'environ 8 à 16 heures sur un équipement domestique et de 2h à 7 h sur les bornes de recharges dans l'espace public

Recyclage :

Les batteries au lithium sont recyclées par la méthode dite "hydrométallurgique", ce qui permet de récupérer à la fois du cobalt et du lithium en laboratoire sur une batterie au lithium standard.
Les taux d’extraction représentent une approche commercialement viable, puis les métaux seront ensuite utilisés dans la fabrication de nouvelles batteries ou dans d’autres domaines de l’industrie.

Perspectives :

Les nouvelles avancées dans le domaine du stockage de l’énergie, vont changer la donne avec l'arrivée des nouvelles batteries à électrolyte solide, et les supercondensateurs au graphène. Ces nouveaux dispositifs, multiplieront par deux ou trois la capacité actuelle des batteries, tout en réduisant de manière significative le temps de rechargement. L'autonomie aujourd'hui de 300 km se rapprochera beaucoup plus des performances des véhicules thermiques traditionnels qui peuvent parcourir 700 à 800 km. Les acteurs du secteur industriel de la production d'énergie et de l'automobile ont compris l’intérêt de se lancer dans des études R&D visant à perfectionner les systèmes existant tout en réduisant de manière significative, l’empreinte environnementale. Il ne faut pas oublier que les véhicules diesels ou a essence polluent depuis des décennies de manière significative l'atmosphère des grandes agglomérations, et cela malgré tous les efforts entrepris pour réduire les émissions des gaz nocifs et à effet de serre.

Une révolution technologique est en marche ! D'ici une dizaine d'années le parc automobile en cour de remplacement verra le nombre de véhicules thermiques actuellement en service divisé par deux. Cela permettra de réduire considérablement l'impact des gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Les batteries quand à elles seront recyclées grâce au dévelopement de nouvelles filières de l'industrie dédiées à cet effet.

Article extrait du site de l'OCDE :

La sauvegarde de l'environnement, un challenge pour le XXIe siècle !

Le changement climatique est l'un des plus grands défis auxquels nous sommes confrontés - tant en raison de ses répercussions potentielles sur nos sociétés et sur la planète, que par l'ampleur de la coordination et de la coopération qui seront nécessaires au niveau international pour y faire face.

Les preuves scientifiques sont accablantes. Les températures atmosphériques mondiales augmentent d'environ 0.2 degré Celsius par décennie. Le carottage des glaces de l'Antarctique montre que les concentrations de dioxyde de carbone et de méthane n'ont jamais été aussi élevées depuis 650 000 ans. Les ouragans et les vagues de chaleur sont de plus en plus intenses et leurs effets de plus en plus dévastateurs - comme nous avons pu nous en rendre compte avec Katrina et la vague de chaleur de 2003 en France. Les glaciers fondent dans l'Antarctique, au Chili, au Pérou, dans les Alpes et dans l'Himalaya. L'épaisseur et l'étendue de la calotte glaciaire arctique diminuent chaque été, et 87 % des glaciers de la péninsule de l'Antarctique ouest sont en recul.

Quels sont les facteurs du changement climatique?

Schématiquement, le changement climatique résultant de l'activité humaine est causé par l'utilisation accrue de combustibles fossiles sous l'effet de la croissance économique et démographique mondiale. Depuis les années 1970, les émissions de CO2 (le principal gaz à effet de serre) ont augmenté de 60 %. Comme nous l'a indiqué hier l'Agence internationale de l'énergie, une organisation sœur de l'OCDE, les émissions de CO2 vont encore augmenter de 60 % d'ici à 2030.(1) Environ trois quarts de ces émissions supplémentaires proviendront des pays en développement.

Cette perspective est très alarmante, mais il y a aussi de bonnes nouvelles. Il existe en effet des solutions techniques pour stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre à des niveaux légèrement supérieurs seulement aux niveaux actuels (450 ppm). Les technologies nécessaires sont déjà disponibles, ou sur le point de l'être.(2)

De plus, nous avons acquis une expérience considérable des politiques nécessaires pour favoriser le recours à ces technologies et l'amélioration de l'efficacité énergétique.

Pour lire l'article en entier :

http://www.oecd.org/fr/presse/defismondiauxpourlexxiemesiecle-changementclimatiqueenergieetinstitutionsdemocratiques.htm


Articles connexes:

http://www.lepoint.fr/automobile/innovations/toyota-sera-t-il-le-prochain-champion-de-la-voiture-electrique-03-11-2017-2169468_652.php#

http://www.cite-sciences.fr/fr/ressources/science-actualites/detail/news/voitures-et-batteries-tesla-la-revolution-du-tout-electrique/?tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=4ce8728b3d6a00a063712c82ecac0a2d

La cité musicale

La cité musicale


Fin 2015, ACFT Bureau d’Études a pris part à un projet architectural de grande envergure : l’ouverture de La Seine Musicale sur l’Île Seguin.

Au début du XXème siècle, l’île Seguin était le symbole du constructeur automobile Renault avec une usine ultramoderne qui a produit les modèles emblématiques de la marque : la 4CV, la Dauphine, les R4, R5, …

L'usine Renault dans les années 50/60

Dans les années 1990, l’usine n’était plus adaptée face à la concurrence et ferma ses portes le 31 mars 1992.

En 2010, le Conseil départemental des Hauts-de-Seine achetait pour 1€ symbolique le tiers de l’île afin d’y construire La Seine Musicale.

L’objectif de ce projet est de pouvoir accueillir tous les types de musique avec : un auditorium, une grande salle de spectacle, des studios d’enregistrements, ...

La silhouette générale du projet rappelle celle d’un paquebot dont la base s’incline pour laisser émerger l’auditorium, un nid de bois tressé aux formes galbées. C’est sur cette partie de l’édifice que les savoirs faires d’ACFT Bureau d’Études ont été mis à contribution.

L’objectif était de faire l’étude des verreries de l’auditorium et des portants métalliques
permettant de les maintenir. Cet édifice comporte 14 rangées de 42 vitres hexagonales et 84 vitres triangulaires. De plus, une difficulté supplémentaire vient s’ajouter à ce projet : chaque pièce doit être unique afin de donner l’aspect souhaité à la structure.

Le challenge a été relevé avec succès, et rapidement, grâce à un système de génération automatique de modèles 2D et de modification des 3D développé au sein d’ACFT Bureau d’Études. Afin de faire fonctionner ce système, un modèle 3D de référence devait d’abord être créé, le système pouvant ensuite générer et modifier de nouveaux modèles conformes au souhait du client à partir de cette référence.

Le projet s’est terminé en juin 2016 pour ACFT Bureau d’Études.
Les verreries ont été posées au deuxième semestre 2016 et au début de l’année 2017.
Quant à La Seine Musicale, celle-ci a ouvert ses portes au public le samedi 22 avril 2017 avec un concert inaugural de l’Insula Orchestra, qui s’est tenu dans l’auditorium, objet de la prestation d’ACFT Bureau d’Études.

Crédits photos : Archive nationale, Fotolia, 123RF, acft